Les inhibitions du désir sexuel féminin

C'est quoi le désir ? À quoi sert t-il ?

Selon Platon, le désir, c'est combler le manque à être complet. Cette théorie rappelle le fameux mythe des « androgynes primordiaux » d'Aristophane. Comme l'expression populaire « trouver sa moitié », cela voudrait dire que le désir nait du manque : chaque être serait incomplet tant qu'il n'a pas trouvé sa moitié !

Selon Freud, le désir représente la satisfaction de la libido (d'après lui, la libido est plus vaste, car elle représente une énergie qui précède les pulsions ou les instincts, et qui se répercute dans notre conduite en général). Pour lui, l'homme et la femme, pour objet du désir, sont un symbole du pouvoir ; le désir commun entre la femme et l'homme est le « Phallus ».
Les femmes chercheraient à être le phallus de leur partenaire, et les hommes chercheraient à avoir un phallus, c'est ici l'objet du pouvoir qui est désiré.
Cette élaboration de l'idée freudienne du désir phallique est contestée par les féministes, par sa nature phallocentrique évidente.

Selon Spinoza, le désir est synonyme de joie. C'est l'essence de l'homme, car dans le désir, l'homme libre reconnaît un « effort pour persévérer dans l'être ». C'est une force de vie et une puissance d'exister.

Une autre définition

Gilles Trudel, professeur et docteur en psychologie à l'université du Québec à Montréal, donne une autre définition du désir :

Ensemble des comportements, ses cognitions et fantasmes et des réactions précédant le comportement consommatoire.

Pour synthétiser, on pourrait dire que le désir sexuel reste un phénomène psychologique qui peut prendre plusieurs visages, sans obéir à un schéma unique. Ce n'est pas un besoin par nature, contrairement à la faim par exemple qui est un besoin physiologique, mais une traduction d'une envie liée au plaisir. Un peu comme une envie d'un bon gâteau au chocolat, exposé en vitrine d'une boulangerie, un après-midi de printemps, à l'heure de goûter. Ou d'une glace en plein été.

L'inhibition du désir sexuel (IDS) ou Désir Sexuel Hypoactif (DSH)

Inhibition féminine

L'inhibition du désir sexuel (IDS) ou Désir Sexuel Hypoactif (DSH)

Un désir sexuel insuffisant ou absent est un trouble sexologique. C'est un trouble sexuel défini par le DSM V, qui établis des critères de diagnostic des troubles du désir féminin ou de l'excitation :

  • - Déficit ou absence persistante ou répétée des troubles du désir féminin ou de l'excitation ;
  • - De fantaisies imaginatives d'ordre sexuel et de désir d'activité sexuelle ;
  • - De l'intérêt général pour la sexualité, peu réceptive aux stimuli visuels, verbaux ou écrits ;
  • - De prise d'initiative et de réceptivité à celles du partenaire ;
  • - De sensation d'excitation et de plaisir durant les rencontres sexuelles.

L'Étiologie du Désir Sexuel Hypoactif comme dysfonction sexuelle (DSH)

Les origines du dysfonctionnement de la libido féminine sont multiples et complexes. Elles sont liées à des facteurs personnels à la femme, comme des facteurs médicaux dus à la maladie, iatrogéniques, physiologiques ou psychologiques.
D'autres peuvent être en lien avec une conjugopathie (relation de couple conflictuelle), une éducation stricte ou des croyances limitantes.

La prise en charge

Avant tout, une anamnèse complète, menée dès la première séance en sexothérapie, a une grande importance. Elle permet en effet au sexologue clinicien de différencier les facteurs médicaux, hormonaux (hypercholestérolémie, hyperprolactinémie, hypothyroïdie) et les effets indésirables de certains traitements (antidépresseurs, antigènes, stimulants de prolactine). Dans ces différents cas, la prise en charge devra être pluridisciplinaire, en collaboration avec le médecin traitant ou le spécialiste.

La prise en charge d'inhibition du désir sexuel féminin demande une stratégie de soin globale. Il faut en effet qu'elle cible l'ensemble des axes responsables de ce dysfonctionnement. Aussi, il n'est pas rare que le psycho-sexologue travaille avec d'autres professionnels de santé (médecins, kinésithérapeutes, etc.) pour trouver une solution au manque de désir de la patiente.

Dès le lundi 11 mai 2020, je suis prête à vous accueillir au sein de mon cabinet. Vous pouvez me contacter dès à présent pour (re)prendre rendez-vous.